Tarifa – Road Trip

Tarifa - Road trip

L’an dernier on s’est lancé dans un road trip vers Tarifa, le sud de l’Espagne, depuis Montpellier. C’était un vieux rêve pour ma part, de partir en road trip avec un véhicule aménagé. Etre indépendant, libre de suivre nos envies au fil du voyage. Et puis étant tous les deux kitesurfeurs la question de la destination à vite été réglée !  #roadtripkitetrip

Le concept ? Ok, alors vous prenez une voiture assez grande, vous y aménagez un lit, vous devenez un chef de l’organisation pour faire rentrer dedans tout le matos de camping et de kite. Vous faite le deuil d’une chevelure de princesse pour les 15 prochains jours, et de votre robe de soirée aussi (ce qui n’est pas pour me déplaire, avouons le). On a même réussi à rajouter nos skates et une Guitare dans tout ce joli bazar.

On a donc préparé ce trip avec une certaine excitation, et un petit défi tout de même. Se retrouver à 2, pendant deux semaines dans une voiture avec seulement un lit. De Montpellier jusqu’a Cadix en parcourant tous les spots de Kite de la côté, en particulier celui de Tarifa. Je vais donc vous épargner le récit des spots foireux et des nuits aux campings pour pouvoir au moins se laver. Venons en à l’essentiel.

Tarifa, le Gral.

La ville de tarifa est très jolie. Une magnifique balade pour arpenter les petites rues bucolique de l’ancienne cité médiévale nichée près du détroit de Gibraltar, juste en face du continnant Africain. 

La plage, connue mondialement des kitesurfeurs, est magnifique, un espace encore préservé malgré la fréquentation, je dois le dire, assez élevée, qui n’enlève cependant rien à son charme. Au contraire, c’est cette énergie particulière qui fait sa belle réputation. Nous sommes restés plusieurs jours sur un espace juste en arrière de la plage où les camions aménagés s’installent dans la bonne humeur pour profiter du spot. Il y a même un bar de plage très sympas. Bref, le rêve. C’est ce que nous venions chercher ! 

Niveau vent, oui il y ‘en a. Bien trop pour moi cette fois, je le sens, mais l’envie est plus forte. Alex décolle la 5, puis me la passe au harnais en veillant à attraper le handle pass du mien, anticipant le surtoilage. Quel homme !  Je décolle de quelques centimètres il me repose au sol et un regard suffit à nous mettre d’accord, ce ne sera pas pour aujourd’hui. Lui par contre s’offre une grosse session bien méritée, avec la 5, forcément on fait pas le même poids. 

Et finalement, tous les jours c’est baston, on est tombé sur le levante, plus rafaleux que le poniente, généralement plus fort, flat certes, mais complètement off shore. Direction donc le spot de repli, à quelques kilomètres de là : Canos de Meca

Canos de Meca, la surprise !

Nous découvrons là un magnifique spot de vagues, parfaitement orienté avec un vent plus doux et de quoi surfer un peu. Le paradis, soumis aux marées et à son fond rocheux, c’est vrai, mais paradis quand même. On s’est offert une superbe session strapless et une nuit au camping du coin pour faire le plein d’eau et prendre une douche !

Finaly...

C’est un beau moment, de ceux que je garderaient en mémoire toute ma vie. J’ai adoré ce moment de vie nomade. Maintenant il va falloir un camion ! 
Suite au prochain épisode …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close